[FORUM 20H00]

« Même si vous tuez un poète, mille chansons lui survivront »

Des collégiens d’une banlieue d’Aix-en-Provence assistent à la création d’un opéra en arabe, écrit par un poète syrien en exil. Des paroles qui résonneront bien au-delà de leur cour d’école.

Voyage d’un texte à travers les siècles, de l’orient vers l’occident ; texte réécrit à l’attention de son propre tyran par un voyageur migrant, encore, d’est en ouest ; texte reçu par des enfants français issu de « l’immigration », pour nous offrir une méditation sur le sens d’une telle provenance. Ce film vient, à sa manière, faire se rencontrer la banlieue française et le Proche-Orient, migrations ordinaires et extraordinaires, poésie et politique. Il révèle un passé culturel majestueux dans le pays d’origine de collégiens en difficulté dans une école française. La culture d’origine se trouve être aussi prestigieuse que la littérature enseignée en classe, il reste à découvrir le monde de l’opéra. Nous l’apercevrons avec les yeux de ces enfants.

Le poète Fady Jomar (syrien, en exil en Allemagne) a écrit le livret de l’opéra, il sera présent avec les réalisateurs et nous pourrons débattre avec eux à l’issue de la projection. Une soirée exceptionnelle en quelque sorte.

On va pouvoir découvrir Fady Jomar qui vient de publier un recueil de poèmes et ceci, grâce au truchement de Mohamed Aouragh, poète chambérien et arabophone.

Des séances pour scolaires seront organisées à Chambéry-le-haut et à Saint-Genix-sur-Guiers.




Revue de presse (liens) :

Positif

A voir à lire

Zephyr Mag

Orient XXI

TV5 MONDE – MOE

Beur FM – Studio B

France Culture – Une Vie d’Artiste